MADINIER, Tiphaine

Les changements théologiques sur les fêtes subversives au XVIe siècle : une aubaine pour le pouvoir politique.

Le carnaval est une fête particulière en ce qu’elle permet, dans un temps donné, la contestation des cadres et des relations de pouvoir habituels. Or au XVIe siècle débute le mouvement de la disciplinarisation, ou de la civilisation des mœurs, selon la perspective et les enjeux que l’on veut mettre en avant, largement menée par les hommes d’Eglise. Il nous semble que la réflexion théologique du XVIe siècle, qui stigmatise les excès et les mauvaises mœurs pour diverses raisons, donne en même temps la possibilité aux autorités (dans une acception large) d’y mettre fin. Il faut distinguer l’évolution de la fête carnaval, progressivement supprimée du cycle des festivités, de l’évolution de l’instrumentalisation des fêtes subversives au moment où des conflits politiques ou religieux éclatent. Le changement d’attitude vis-à-vis de la fête carnaval a-t-il un impact sur l’utilisation métaphorique du carnaval dans les conflits ?

 

Tiphaine MADINIER

Elle est doctorante en histoire moderne sous les directions des professeurs D. Crouzet (Paris IV – La Sorbonne) et O. Christin (Neuchâtel) sur les rapports entre religion et fête. Elle s’intéresse particulièrement à la place du rire et des éléments profanes dans les cultures religieuses à travers le cas des transformations du carnaval et de l’usage du rire satirique dans le contexte de la Réforme protestante au XVIe siècle. Elle a suivi une formation française classique (normalienne agrégée d’histoire) ainsi qu’un parcours franco-germanique (master à Vienne, thèse en cotutelle).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.