ACETO, Francesca

Jouer en temps de guerre. Quelques observations sur les formes et les fonctions de la communication ludique à l’époque des guerres d’Italie.

« Credevano i nostri principi italiani, prima ch’egli assaggiasse i colpi delle oltramontane guerre, che a uno principe bastasse sapere negli scrittoi pensare una acuta risposta, scrivere una bella lettera, mostrare ne’ detti e nelle parole arguzia e prontezza […] nacquero poi nel millequattrocento novantaquattro i grandi spaventi, le sùbite fughe e le miracolose perdite […] »1

Ces mots célèbres de Nicolas Machiavel résument magistralement la portée symbolique et effective d’une date capitale, 1494. L’expédition de Charles VIII avait en effet dévoilé la faiblesse des Princes italiens devant les coups imprévisibles de la « Fortuna ». La « furia francese » avait révélé la complexité d’un monde nouveau dont les règles étaient de plus en plus difficiles à saisir. De cela l’exigence d’une reformulation des stratégies politiques et militaires, comportant un bouleversement radical dans la façon de penser et de faire la guerre. Dans ce nouveau contexte politique fortement perturbé par l’invasion française, l’apprentissage des codes sociaux et de bonnes conduites constitue un instrument fondamental de contrôle politique. L’urgence de codifier l’usage de la parole et du corps devient alors décisive. La maîtrise du temps de l’otium socialement rythmé par les jeux courtisans représente à ce sujet une question d’intérêt majeur, particulièrement révélatrice de la portée politique des théories et des pratiques ludiques au long du XVe et XVIe siècle.

 

Francesca Aceto

Francesca Aceto est doctorante en Histoire et Sciences Sociales auprès de l’EHESS à Paris sous la direction de J.C. Schmitt et H. Berestycki. Son intervention s’inscrit dans le cadre d’une thèse en cours de rédaction consacrée tout particulièrement à l’analyse du traité De Viribus Quantitatis du mathématicien franciscain Luca Pacioli (1445-1517) et plus généralement aux formes et aux fonctions de la communication ludique au bas moyen âge.

  1. Nicolas Machiavel, L’art de la guerre, vol. VII., chap. 17. Trad.: “Nos princes croyaient, avant d’avoir essuyé les coups des guerres d’outremonts, qu’il suffisait à un prince de savoir méditer dans son cabinet une subtile réponse, écrire une belle lettre, faire preuve dans ses semences et ses paroles d’habileté et de vivacité d’esprit, […] s’ensuivirent en 1494 les grandes paniques, les soudaines débâcles, les pertes stupéfiantes […]”. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *